FOULARD, TU AURAS ! REINE TU SERAS

C’EST QUOI L’HISTOIRE ?
#OsezLeFoulard

OSEZ LE FOULARD est  un mouvement et une communauté ayant pour but de réveiller la reine en chaque femme. Plus qu’un rendez-vous, il promeut les reines africaines

osez le foulard3

 

Ce mouvement a été créé par DK Ange, une jeune femme rwandaise passionnée par la mode, la beauté et complètement amoureuse de l’Afrique. Elle met en place une communauté virtuelle autour de l’attaché de foulard, cet accessoire noué sur-mesure. Persuadée qu’en chaque femme sommeille une reine, la philosophie OSEZ LE FOULARD est ouvert à toutes les femmes qui souhaitent réveiller la reine en elle.

 

NOUVEAU PROJET : MWAMI KAZI

OSEZ LE FOULARD1

DK Ange ne s’arrête pas à OSEZ LE FOULARD et a créé récemment MWAMI KAZI.
Suivez ses nouvelles aventures sur Instagram. Ce nouveau projet est inspiré par les mamans africaines. Une vraie passion. C’est la création d’un monde qui révèle, promeut et célèbre les femmes de couleurs.

SALON MY’FOUL’ART

Durant le salon retrouvez OSEZ LE FOULARD sur leur stand et lors d’une conférence de 15h à 16h sur « Le turban, patrimoine beauté des reines africaines », animé par DK.

OU LES TROUVER ?

osez le foulard2

Facebook
Instagram

Oummi M.

Publicités

Les bijoux fait-main d’Anaïs

Anais bijoux et accessoires offre une gamme de bijoux unique. Tous les articles proposés par la marque sont fabriqués à la main. Puis ils sont travaillés à l’aide de jolis tissus africains que la créatrice, Anaïs, aura sélectionné avec le plus grand soins. C’est l’occasion d’avoir enfin des accessoires personnalisés et disponibles à un prix raisonnable.

A l’origine

La créatrice, autodidacte, aime travailler avec ses mains.

C’est tout à fait par hasard qu’elle se fit remarquer pour ses bijoux, lors d’un événement entre amies.

Elle portait ce jour-là ses propres créations et a attisé la curiosité… C’est alors qu’elle se mit à confectionner des pièces originales et décalées, à la commande, pour toutes celles qui étaient intéressées.

Fin 2016, elle créa officiellement sa marque : Anaïs bijoux et accessoires. Et c’est, aujourd’hui encore, grâce au bouche-à-oreille qu’elle se développe et étend sa « zone de chalandise « .

En attendant la création et le développement de son site web, vous pourrez admirer ses créations et craquer sur l’une d’elles (ou toutes !) lors du salon My Foul’Art, ce dimanche.

Atouma D. et Eva

Au delà du voile

Hijab, tchador, turban, coiffe, sous différentes formes, le voile interroge. Dans une société où dévoilé est signe de liberté, il renvoie une image archaïque. Sujet à controverse, sans réel arguments en sa faveur, il est évincé de notre société occidentale qui peine à l’accepter.

Peu de place a été faite à celles et ceux qui le porte, pourquoi ce choix à contre sens ? Symbole identitaire, culturel, cultuel et peut être tout cela à la fois.

Pour répondre à toutes vos interrogations, nous aurons l’honneur d’accueillir Laurence Lecuyer, anthropologue social et ethnologue, dont le sujet d’étude porte sur le  voile en Inde. Il est bon de rappeler que dans ce grand pays d’Asie, les communautés religieuses, musulmanes, mais aussi hindoues, sikhes, jaïns, bohras et chrétiennes, revêtent le voile,

A travers lui, des êtres se racontent, racontent l’idée qu’ils se font du monde et font état de leurs choix non seulement religieux, mais aussi esthétiques, culturels, sociaux et idéologiques. Laurence L.

Il m’a alors semblé intéressant de montrer que le voile est un vêtement qui est porté de diverses façons à travers le monde, et que le sens qu’il revêt dépend des significations que les hommes et les femmes lui attachent, et des contextes sociaux, historiques, politiques et idéologiques dans lesquels il se déploie. Laurence L.

Ces dernières années nombreuses idéologies sont nées de l’ignorance à l’encontre, non pas seulement du voile lui-même, mais également de ceux qui font le choix de le porter.

Un autre regard est possible,  rendez ce dimanche 8 Octobre, au salon My Foul’Art, et ne manquez surtout pas la conférence animé par Laurence Lecuyer :

Le voile de l’Inde en France

 

LE TURBAN, AU-DELÀ DE L’AMOUR, LA PASSION…

TURBAN FAMILY

Sarah est franco-marocaine et passionnée de turban.

Il y a onze ans, elle crée TURBAN FAMILY et partage son amour pour le turban, en donnant des conseils pour le porter de façon élégante. C’est l’une des précurseurs, qui met en avant le turban, avant qu’il ne soit à la mode.

Elle tient ça, de sa grand-mère et son arrière grand-mère marocaines. Elle voyait en ce turban, un habit avant tout, distingué.

LE CONCEPT

Sarah ne s’arrête pas aux turbans, une vraie working girl !
Depuis 12 ans, elle est prestataire de mariage en tant que Make Up Artiste.

Elle propose également la pose de hijeb, turban mariée et invitées.
Turban Family, c’est aussi la location de décoration,  henna avec caftans et accessoires au complet puis la vente et locations d’accessoires pour cérémonies en Ile-de-France et régions alentours.

MY FOUL’ART FAMILY

Retrouvez Sarah au salon My Foul’Art !
A 15h, elle animera l’atelier « Turbans et Hijabs pour les grandes occasions ».
Package « Salon + 1 Atelier » sur Weezevent à 15,99€

 

INFOS :

Pour suivre son actualité, rendez-vous sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/turbanmakeup/

BREAKING NEWS : 

TURBAN FAMILY devient TURBA’N MAKE UP

Oummi M.  

Lettre rose

Chères lectrices,

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet sérieux. Le cancer du sein.

En octobre, chaque année, des campagnes de sensibilisation au dépistage du cancer du sein ont lieu dans le monde, pour faire reculer cette satanée maladie.

On ne cessera de vous le répéter ! Il est important de se palper les nénés ! Si vous ne savez pas le faire, faites-vous aider.

Quelques chiffres

Sur un milliers de mammographies pratiquées, 7 permettent de diagnostiquer un cancer du sein.

En France, plus de 54 000 femmes sont diagnostiquées chaque année

Près de 12 000 décès chaque année.

1ère cause de mortalité par cancer chez les femmes

1 femme sur 8 est touchée au cours de sa vie !

Si le cancer est détecté à un stage précoce il peut être guéri plus de 9 cas sur 10. OUF !

Il faudra parfois passer par des étapes difficiles, longues, démoralisantes….

J’aimerais partager avec vous le message de Julie des Franjynes et faire échos à ses bons conseils :

Les Franjynes - octobre rose 2017
Publication Facebook Les Franjynes – octobre 2017

Ambassadrice au grand coeur

Julie, vous la connaissez sans doute. Je vous en est déjà parlé sur ce blog même (Article du 5 février 2017)

Julie, atteinte d’un cancer à l’âge de 27 ans, décide de ne pas se laisser abattre et de faire profiter toutes les femmes de ses conseils via son tumblr Feminity & JY

Chose étonnante, elle ne parle pas des façons de combattre le cancer, des séances de chimio ou de la dernière soupe anti-oxydante à la mode. Julie se concentre sur la beauté et le bien-être.

Vous l’avez aussi vu à la télé, au 12.45 de M6 le 28 septembre dernier pour vous parler de sa marque Les Franjynes.

 

Créatrice de foulards à franges pour les femmes et enfants atteints d’alopécie, elle sera présente au salon My Foul’Art, ce dimanche, pour animer une conférence sur l’estime de soi. Vous pourrez lui poser toutes vos questions et l’encourager dans son beau projet.

Son objectif : montrer qu’il est possible de rester féminine et belle malgré la maladie.

Ses foulards bien-être seront aussi en vente sur place, au niveau de l’espace Salon et Exposition.

On vous dit « à très vite ! »

Julie Les Franjynes
Julie – Les Franjynes

Eva

 

Apparats de tête

La parisienne représente la femme mystérieuse, le Paris magique et chic.
Le turban représente le monde, l’ouverture le voyage et l’élégance.

Nella Camara - source LinkedIn
Nelly Camara

Nella Camara est entrepreneure et franco-sénégalaise. Les turbans, ont toujours fait partie de sa vie : un moyen d’exprimer sa beauté. Après des années à travailler dans la monde de la mode, elle a créé sa marque afin de mettre en lumière cet accessoire universel. Mais surtout, la beauté de toutes les femmes. Car le turban est porté dans de nombreuses régions du monde et de façon très différente. Avec La Parisienne du Turban, c’est cette richesse que Nella célébre.

Armé de sa créativité comme en témoigne ses différentes collections, elle propose des turbans originaux comme « Chic street » ou encore des turbans pour grandes occasions, dits « hippiques ».
Des petits, des grands. De la couleur, des rayures, et même du sur-mesure.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voir des femmes ou des hommes portant un turban lors de défilés de mode est assez rare. Lorsqu’on parle de mode et d’élégance, les foulards et turbans y sont rarement associés. De même, à l’image de la parisienne on colle rarement une femme en turban. Proposer une collection de foulard, c’est donc aussi promouvoir une mode inclusive, qui ne laisse personne sur le côté. Et surtout, qui permettent à toutes de s’exprimer et de se sentir belle.

Rendez-vous au salon My Foul’Art ce dimanche 8 octobre pour en savoir plus sur le travail de Nelly Camara et découvrir ses sublimes collections !

Atouma D.

ATELIER SANAA KAN : A la découverte des merveilleuses textures africaine

Raphia, Faso dan fani, Colicot, Bogolans, Batik et bien d’autre, cela ne vous dit peut être rien! Et pourtant, ses tissus font partis de la richesse du Continent.

Composé de coton, de feuille de palmier, de soie, aux motifs multicolores et traditionnels, une gamme large dédier aux créateurs les plus pointus, qui s’illustrent pour redorer ces emblèmes, car plus qu’une étoffe, c’est un patrimoine!

C’est porté par ces valeurs, que Diaba, crée L’atelier SANAA KAN , marque de vêtement haut de gamme modeste made in Africa,

Je souhaite collaborer avec les artisans africains afin de promouvoir leur savoir-faire et par la même occasion nos tissus qui ont une histoire qui ne demande qu’à être connue et reconnue. Diaba

Retrouvez en exclusivité les créations de L’Atelier Sanaa Kan, lors de notre défilé ce dimanche 8 Octobre au salon My Foul’Art.

 

Nora

À LA MODE DE BARCHA

L’HISTOIRE DE BARCHA

barcha creatriceIman et Lamia sont deux sœurs qui baignent dans la culture franco-tunisienne, depuis petites. Barcha c’est l’héritage d’un mode de vie, d’un idéal pour les passionnées de mode, fières de leur identité culturelle et qu’elles assument.

Barcha Paris est né de mélange d’inspirations qui a muri avec le temps. Leurs sources ? L’ambiance street style des fashionistas iraniennes du blog The Tehran Times et les magazines féminins.

A partir de là, Barcha crée et réinvente une mode modeste accessible à toutes. C’est la concrétisation d’un projet qui vient du cœur : celui d’offrir aux femmes voilées, une mode alliant sans concession, modernité, féminité et modestie.

C’EST QUOI BARCHA ?

 

Barcha est un e-shop et marketplace de mode modeste et innovante fondé en 2016 à Paris. Barcha redonne vie à la garde-robe de la femme musulmane moderne, active et branchée à travers une collection inspirée de voiles, vêtements et accessoires vendus sous la marque éponyme. Barcha propose aussi le meilleur des marques de mode modeste françaises (comme House of Turban) et étrangères avec une sélection de pièces exclusives, originales et en accord avec l’esprit de Barcha.

LES VALEURS DE LA MARQUE

barcha valeurs

LE STYLE BARCHA

Barcha c’est un style moderne et urbain. Frais et dans l’ère du temps, leurs collections nous font voyager au souk de Marrakech ou de Tunis et bien d’autres. Plongez dans leur univers tout en couleurs sur Instagram

Vous les retrouverez au salon My Foul’Art ce dimanche. L’occasion pour vous de shopper leurs nouveautés et profiter des conseils des Barchamammas

INSTAGRAM BARCHA

Oummi M.

JAMADL LIONESS : La gardienne du temple du foulard

Networking aguerri, son diplôme de communication digitale en poche, Jamadl Lioness fait ses armes en gestion de projet et communication en tant que Social Media Manager.

Elle a œuvré au sein de plusieurs associations Afro-Caribéenne en tant que chef de projet et responsable artistique au sein d’un grand salon international.

Depuis 2009, elle œuvre à la promotion d’artistes de divers horizons et entrepreneurs émergeant en fondant ArTalenTour (ex l’Amozaik).

Une vraie chasseuse de talents comme elle se définit, elle est toujours en quête de découvertes. Depuis une décennie, une de ses missions est de créer et nouer des connexions humaines.

ZOOM SUR L’INITIATION

« Nos racines, nos valeurs survivront par la transmission »

jamadl my foul'art2De rencontres en  échanges et sollicitations lors d’événements, les ateliers voient le jour en 2013. Chemin faisant, les ateliers laissent place à l’Initiation, qui propose une approche plus sociologique et thérapeutique auprès des personnes atteintes du cancer.

« Nous défendons un Art et un savoir faire ancestral présent depuis des millénaires.  Notre patrimoine est à préserver. Depuis des années notre art est galvaudé et présenté à un simple effet de mode : l’accessoirisions, alors qu’une des raisons de l’existence est la protection divine, la protection météorologique et la prévention médicale »

 

Nous sommes tous gardiens et gardiennes de notre culture, je n’ai aucun problème avec la mode d’ailleurs. J’ai eu l’occasion de travailler avec des créateurs tels que Dédé Tropique, Be Roots ou Comité de Miss Togo 2016 pour la mise en  valeur de défilés ou shooting néanmoins lors de ses collaborations j’ai eu l’immense honneur de pouvoir expliquer, partager mes connaissances avec les modèles sur l’histoire de cet Arts.

D’ailleurs, nous travaillons avec des centres culturels qui proposent l’Initiation au sein d’établissements scolaires. »

Vous retrouverez des ateliers gratuits sur Paris, pour œuvrer sur la Transmission et le partage du  savoir ancestral bien au-delà de l’esthétique et l’Initiation à l’Art de l’attaché de foulard Mawé Tèt Missoro Headwrapping

LES HASHTAGS #AFMTMH #ART #TRANSMISSION #KULTURE

Transmettre et partager l’art du foulard, c’est contribuer à la valorisation du patrimoine et d’une culture.

C’est de transmettre les bases à travers des Initiations collaboratives, physique en réelle, et sensibiliser les apprentis headwrapdesigners à l’histoire de cet Art sur différents points : culturel, cosmogonique, sociologique, historique et sémiologie des tissus.

C’est un moment pour se retrouver, échanger, partager et laisser place à la créativité.

Jamadl intervient également pour des salons nationaux, internationaux et Outre-Mer, comme Boucle d’Ébène ®, Nappy de France ® , ArTalenTour ® , Justalittle ®

« Je crois aux Talents, je crois que nous sommes la génération réconsciente déformaté à 40%. Il reste des résidus toxiques que nous pouvons combattre, mais c’est à nous de semer pour que la génération future puisse jouir de la bonne récolte
et multiplier celle-ci à l’infini
« .

Retrouvez Jamadl au Salon My Foul’Art ! Elle animera l’atelier : « L’art du foulard : transmission d’une culture et d’un patrimoine » à 14h et à 16h.

                                                                       Oummi M.

 

La mode éthique ethnique chic signée Juneshop

Ses origines

Nelly Mbonou

Juneshop est une marque de prêt-à-porter féminin créée par Nelly Mbonou en 2001. Autodidacte, cette jeune femme originaire du Cameroun commence par confectionner des sacs de plage en wax. Elle développe ses compétences et travaille ensuite des coupes de plus en plus complexes.

C’est en 2006 qu’elle ouvre la première boutique ethnique parisienne, entre le quartier touristique de Montmartre et l’avenue de Saint Ouen.  Le « Juneshop » devient alors un véritable lieu de rencontres et de créations.

Nelly Mbobou y invite des artistes « coups de coeur »afin qu’ils puissent eux aussi disposer d’un espace et d’un public pour présenter leurs créations.

Ce public est la définition même de la diversité !

Véritable melting pot, on croise autant  de bobos parisiennes, mamas africaines et BCBG.

L’évolution de Nelly Mbonou et de sa boutique Juneshop ne s’arrête pas là ! En 2010, alors qu’elle passe le concours Jeunes Créateurs elle se voit remettre le 1er prix par VLISCOproducteur historique de wax hollandais.

Son engagement éthique

Originaire du Cameroun, elle s’inspire de sa culture pour créer des tenues chics et uniques, mêlant Afrique et Occident. Elle valorise l’Ethno-Chic pour toutes les fashionistas et toutes les silhouettes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ethiques, les créations Juneshop aident à développer l’activité économique et les savoirs-faire du Cameroun. Les matières premières utilisées y sont produites. Et les collections sont réalisées dans un atelier équitable de Yaoundé.

Pour plus d’informations ou pour vous procurer des tenues Made In Juneshop, rdv avec Nelly Mbonou au salon My Foul’Art le 8 octobre prochain !

Infos pratiques
Entrée au salon : 5,99€ sur Weezevent

PARC NAUTIQUE ILE MONSIEUR

4 Rue de Saint-Cloud- 92310 SEVRES
Ligne 9 station « Pont de Sèvres » puis 5 min à pieds
Tramway 2 station « Musée de Sèvres » puis 2 min à pieds

Sinon, sur son site Internet

Eva.