Au delà du voile

Hijab, tchador, turban, coiffe, sous différentes formes, le voile interroge. Dans une société où dévoilé est signe de liberté, il renvoie une image archaïque. Sujet à controverse, sans réel arguments en sa faveur, il est évincé de notre société occidentale qui peine à l’accepter.

Peu de place a été faite à celles et ceux qui le porte, pourquoi ce choix à contre sens ? Symbole identitaire, culturel, cultuel et peut être tout cela à la fois.

Pour répondre à toutes vos interrogations, nous aurons l’honneur d’accueillir Laurence Lecuyer, anthropologue social et ethnologue, dont le sujet d’étude porte sur le  voile en Inde. Il est bon de rappeler que dans ce grand pays d’Asie, les communautés religieuses, musulmanes, mais aussi hindoues, sikhes, jaïns, bohras et chrétiennes, revêtent le voile,

A travers lui, des êtres se racontent, racontent l’idée qu’ils se font du monde et font état de leurs choix non seulement religieux, mais aussi esthétiques, culturels, sociaux et idéologiques. Laurence L.

Il m’a alors semblé intéressant de montrer que le voile est un vêtement qui est porté de diverses façons à travers le monde, et que le sens qu’il revêt dépend des significations que les hommes et les femmes lui attachent, et des contextes sociaux, historiques, politiques et idéologiques dans lesquels il se déploie. Laurence L.

Ces dernières années nombreuses idéologies sont nées de l’ignorance à l’encontre, non pas seulement du voile lui-même, mais également de ceux qui font le choix de le porter.

Un autre regard est possible,  rendez ce dimanche 8 Octobre, au salon My Foul’Art, et ne manquez surtout pas la conférence animé par Laurence Lecuyer :

Le voile de l’Inde en France

 

Publicités

SLAM LADY

Une Slamladysta est une femme libre avec un état d’esprit positif qui se reflète dans son style et dans sa manière de s’habiller 

Et quoi d’autre me direz-vous? Alliant pudeur et modernité Slam Lady est la boutique en ligne qui a pensé à toutes ces femmes désirant s’habiller avec pudeur tout en y apportant une touche tendance et élégante.

D’une ambition personnelle est née une marque qui milite pour le droit  de s’habiller en accord avec ses valeurs. Se vêtir modestement n’est plus synonyme d’enfermement, mais bien de délicatesse.

 

Venez à notre rencontre et découvrez comment attacher nos maxi foulards extensibles et adopter nos turbans dont vous ne pourrez plus vous passez!

Fanta

L’automne est là mesdames, le temps est venu de rafraîchir votre dressing, Slam lady vous proposera un éventail de vêtements rigoureusement sélectionnés rien que pour vous, retrouvez toutes ses créations , le 8 Octobre prochain au salon My foul’Art!

 

Nora

Asma Farès, elle compte parmi les blogueuses plus populaires en France !

Avec un palmarès aussi impressionnant…

Chaine Youtube : 190 000 abonnés

Page Instagram : 70 000 abonnés

Page Facebook : 73 000 abonnés

…vous comprendrez qu’on a crié de joie lorsque Asma Farès a accepté le rôle d’ambassadrice pour la soirée de lancement My Foul’Art.

Asma a débuté l’aventure youtube et son blog asmamakeup.com en février 2012 , d’abord pour partager ses connaissances dans le domaine de la beauté et aussi parce qu’ à cette époque il n’y avait pas de youtubeuse française voilée.

Marseillaise au grand cœur, elle compte parmi les blogueuses plus populaires en France !

Si vous visionnez l’une de ses vidéos, vous serez forcément séduit par son professionnalisme, son univers, sa personnalité pétillante, sa générosité, sa gentillesse, son soutien à diverses causes.

Loin des étiquettes que certains aimeraient bien lui coller, avant son voile, c’est aussi une femme active, aux multiples casquettes : maquilleuse pro, esthéticienne de métier (diplômée), blogueuse, youtubeuse… Rien que ça !

Toujours disponible pour ses fans, entre astuces beauté, lifestyle et conseils persos, elle est soutenue par de nombreuses femmes qui se voient en elle. Asma parle de tout sans tabou, à cœur ouvert, elle essaie de faire changer les mentalités. Demain, elle sera parmi nous lors d’un meet&greet, et ce sera l’occasion pour vous de la rencontrer !

-INTERVIEW-

unnamed

My Foul’Art : De quelle manière portez-vous votre foulard ou écharpe ?

Je porte mon hijab de plusieurs façons, j’essaie au maximum qu’il suive les règles de ma religion, tout en étant chic !

My Foul’Art : Portez-vous le foulard dans toutes sphères de votre vie quotidienne (familiale, amicale, professionnelle…..) ?

Je porte le foulard quand je filme mes vidéos, quand je sors entre copines et je l’enlève quand je suis en famille.

My Foul’Art :  Quelles sont vos motivations lorsque vous portez un foulard ?

Mes motivations sont d’abord religieuses et ensuite par coquetterie 🙂

My Foul’Art : Mot de la fin en tant qu’ambassadrice de l’événement « My Foul’Art »

Chaque foulard raconte une histoire unique. Il est pour moi et pour beaucoup de femmes une liberté.

CONTACT

https://www.youtube.com/user/AsmaMakeUp

https://www.instagram.com/asmafares

https://fr-fr.facebook.com/asmakeyouup/

Par une femme, pour les femmes…

Prénom : Sassi
Pseudo : Sassifd14

Date de création : 16 juillet 2015

Par une femme pour les femmes…

Tout a débuté avec un compte personnel que j’avais sur Instagram. J’autorisais les personnes que je ne connaissais pas à s’abonner à moi. Au fur et à mesure que les gens et mes proches venaient vers moi pour me poser des questions sur le make-up, le port du foulard… ou pour me pousser à faire des vidéos, j’ai décidé de me lancer. J’ai créé un compte Instagram spécifique et publique sur lequel je ne m’adresse qu’aux femmes.

Ce compte me permet de partager quelques aspects de ma vie privée et familiale, de partager des tutos turbans et make-up sous forme de vidéo (compte Youtube). De plus, étant très attirée par la mode je partage également mes tenues. J’ai pu constaté une forte évolution depuis mes débuts. En effet, grâce à ce compte j’ai pu me découvrir une nouvelle passion : celle du port du turban. Au fur et à mesure du temps, j’invente différentes manières de le porter.

Au finale, ce compte est devenu une partie de moi.

sasi-2

-INTERVIEW-

My Foul’Art : De quelle manière portez-vous votre foulard ou écharpe ?

Je porte le foulard sous forme de turban. J’ai en quelque sorte inventé mon propre style : un turban différent, « stylé ». Comme dit plus haut, j’aime beaucoup la mode et donc j’aime concevoir de nouvelles choses et ne pas mettre mon turban toujours de la même manière.

My Foul’Art : Portez-vous le foulard dans toutes les sphères de votre vie quotidienne (familiale, amicale, professionnelle…..)

Oui! Je porte le foulard quotidiennement. Je ne m’en sépare que rarement.

My Foul’Art : Mot de la fin en tant qu’ambassadrice de l’événement « My Foul’Art »

Je suis ravie d’avoir été sollicitée en tant qu’ambassadrice de l’évènement. C’est un honneur et une fierté pour moi de pouvoir porter les valeurs de cet évènement. Je suis très enthousiaste à l’idée de partager mon parcours aux personnes qui s’intéressent à cette mode du foulard. J’espère que ma participation à cet évènement aidera certaines personnes sur la perception de cet accessoire.  Je souhaite vraiment pouvoir échanger avec l’ensemble des participants.

Pour faire court, j’espère être pour tous une ambassadrice à la hauteur de My Foul’art!

 

CONTACT

Page Instagram 

Chaine Youtube 

Retrouvez la pétillante Sassi lors de notre soirée de lancement Jeudi 10 Novembre 2016. Inscription par mail (noms, prénoms, nombre de places) à contact@myfoulart.com

Presse  & Vips : contact@myfoulart.com 

La blogueuse Anlya nous fait quelques confidences

my-foul-art-anlya-1Il y a un déjà, Anlya Modest Fashion faisait ses débuts sur les réseaux sociaux !

Tout a commencé lorsque la jeune femme se décide à ouvrir un compte instagram pour ….vendre des foulards !

Vivant à Londres à ce moment là,  ce compte lui permet de présenter sa collection londonienne à ses clientes françaises. Petit à petit, dans le but de  mettre en avant ses produits, elle partage ses inspirations look, ses passions, ses conseils. Les photos donnent un meilleur aperçu à ses abonnés sur la diversité des attachés de hijab, les différents styles, couleurs, motifs… Anlya partage sa passion de manière complètement spontanée.

« Les retours étaient vraiment positifs » nous confie t-elle. « Certaines filles me demandaient des conseils pour faire leur shopping, ou encore comment nouer le hijab esthétiquement … Je retiens surtout celles qui m’ont fait part de leur envie de porter le hijab car je les inspirais positivement dans ma façon de le ‘valoriser’. Et pourtant loin de moi l’idée d’en faire une promotion, ou une prescription morale. Je n’ai pas la prétention de pouvoir conseiller qui que ce soit à ce niveau-là…. »

C’est à partir de ce constat positif, qu’Anlya commence sérieusement à se concentrer sur l’univers du blogging et de la mode. Son blog s’adresse à  toutes les femmes, celles qui portent le hijab, celles que ne le portent pas, musulmanes ou non, Anlya échange ses inspirations mode avec toutes les femmes, sans discrimination d’origines ou de culture.

Et c’est sans doute cette ouverture et cette envie de partager sans frontières qui lui vaut cette reconnaissance actuelle sur les réseaux. Ses posts ont permis à certaines femmes d’être à l’aise avec leur hijab, et à d’autres femmes d’être à l’aise avec celles qui le portent!

« Mon rêve est de pouvoir exprimer le message qu’une femme peut être tout à fait en confiance avec elle-même, ses valeurs, son corps et sa féminité, quelques soit son style, et quelque soit les normes imposées par le monde de la mode et la société. »

-INTERVIEW-

my-foul-art-anlya-2

 

My Foul’Art : De quelle manière portez-vous votre foulard ou écharpe ?

Anlya : Je le porte en couvrant mes cheveux, en « hijab ». Parfois et de plus en plus, en turban.

My Foul’Art : Portez-vous le foulard dans toutes sphères de votre vie quotidienne (familiale, amicale, professionnelle…..)

Anlya : Oui, je suis auto entrepreneure donc plutôt libre de ma tenue , dans ma sphère privée comme professionnelle. Je porte donc le foulard au quotidien !

My Foul’Art : Quelles sont vos motivations lorsque vous portez un foulard ?

Anlya : Questions assez difficile à répondre en une phrase. Il y a plusieurs motivations et elles diffèrent selon les contextes parfois. Premièrement, ce qui me motive profondément et de façon constante c’est d’être en adéquation avec mes valeurs religieuses, en portant le foulard, j’entretiens un rapport personnel entre Dieu et moi. Ensuite, selon les contextes où je me retrouve c’est une façon d’exprimer pleinement mon identité plurielle de femme libre, française et musulmane. Enfin, en portant le foulard, je me réapproprie mon corps en le couvrant modestement tout en mettant en valeur ma part de féminité.

My Foul’Art : Mot de la fin en tant qu’ambassadrice de l’événement « My Foul’Art »

Anlya : Je suis honorée de pouvoir participer à cette superbe initiative qui est très importante dans le contexte actuel en France où le Foulard fait l’objet de beaucoup de débats passionnés et irraisonnés.  Je salue le travail de l’équipe My Foul’Art et les remercie de mettre en connexion toutes ces femmes et hommes qui, malgré leurs différences culturelles , et/ ou religieuses ou de styles,  se retrouvent tous autour d’un même accessoire : le foulard !

CONTACT

http://www.modestfashion.fr/shop/

https://www.facebook.com/Anlya-Modest-Fashion-1023635194418466/

https://www.instagram.com/anlya_modestfashion/

Cocktail de lancement : My Foul’Art vous invite le 10 novembre à célébrer la diversité culturelle à travers le foulard !

myfoulart_cocktail-de-lancement

Coloré, imprimé ou unique ; en wax, en soie, en laine, en fourrure ou en pashmina ; porté en coiffe,  jeté autour du cou, sur le sac ou autour de la taille, ou parce qu’il habille avec fantaisie une simple natte… le foulard  réserve mille et une facettes !

Notre défi : C’est l’occasion d’échanger et de partir à la découverte de l’autre, créer des liens entre les différentes cultures du monde, réunir les différents styles de vie liés au foulard, et enfin, rapprocher les gens grâce à ce petit accessoire universel !

  • 17h : ouverture des portes (ateliers, exposants, débats)
  • 18h30 : présentation du concept
  • 18h45 : défilé
  • 19h : cocktail presse

Un enjeu économique, social et culturel :
• Illustrer le savoir-faire, la créativité et l’artisanat
• Donner une visibilité internationale aux acteurs de l’industrie du foulard
• Renforcer le pouvoir économique de l’accessoire
• Favoriser l’intégration des populations migrantes
• Participer à la création d’une société pluriculturelle et au dialogue des cultures
• Rassembler et créer des liens pour lutter contre les clichés
• Permettre la diversité des pratiques culturelles

Contact : presse@myfoulart.com // http://www.myfoulart.com

Ouverture au public dans la limite des places disponibles 

INSCRIPTION VIVEMENT CONSEILLÉE : https://www.weezevent.com/my-foul-art

 

 

 

 

 

Le foulard fait sa rentrée !

Vous ressentez l’envie de vous démarquer ?

Vous êtes à la recherche d’un nouveau look ?

Vous avez un foulard qui traine dans votre placard ?

Bonne nouvelle! Le foulard reste une valeur sûre en termes d’élégance. Plus qu’un simple accessoire, il s’enveloppe à votre guise, il orne l’ensemble de votre tenue. My Foul’Art vous propose un florilège de tendances pour vous aider à faire revivre ce bout de tissu, qui a su traverser les continents et les époques !

Dans le contexte polémique que nous connaissons, il est amusant de noter que le must-have de cette rentrée 2016,  est le foulard ! Nous vivons une époque bien paradoxale :-)!

  • Le grand retour des bijoux de tête, notamment la voilette, vous donnera un côté mystérieux…

 

  • L’élégante cape ou le foulard surdimensionné pour vous chouchouter cet hiver.

 

  • On ose l’imprimé léopard, allez, on ose !

 

  • Façon lavallière ou « ascot », cet énorme nœud papillon retro est idéal pour les tenues de bureau…

 

  • Les années 80-90 ne sont jamais très loin et ravira les pinup et autres nostalgiques.

 

  • Le hijab, le partenaire d’une féminité sans frontières.

     

  • Le foulard en headband, c’est aussi le cache misère des mauvais jours capillaires !

 

  • L’esprit Dandy, une valeur sûre intemporelle pour vous les hommes…

 

  • Chic c’est fichu! Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil éclatant, une vraie parisienne a toujours un chapeau-foulard à portée de main !

 

  • Le turban, une inspiration africaine qui redonne un peu de couleur à votre tenue… Il est également un précieux allié pour traverser la perte de cheveux liée à la chimiothérapie.

 

 

  • Il existe de nombreuses autres variantes, en bracelet, en ceinture, ou encore noué autour du sac …amusez-vous !

My Foul’Art  vous souhaite une agréable rentrée!

 


Ces photos ne sont pas la propriété de My Foul'Art, il s'agit d'une compilation non exhaustive. Au vu du nombre conséquent d'images utilisées, nous avons préféré ne pas alourdir le texte en mentionnant chaque source, néanmoins, par respect pour le travail intellectuel et artistique n'hésitez pas à nous laisser un petit mot si vous souhaiter figurer dans les crédits !

Le blog est actif !

OF7A1581

Il y a quelques semaines, nous vous annoncions la création de notre concept : My Foul’Art.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter, et nous vous en remercions !

L’idée?

Utiliser le foulard, cet accessoire si ordinaire et commun  à tous, pour nous rassembler, créer des liens, échanger sur la diversité culturelle. Pour cela, nous avons choisit  4 thèmes liés intrinsèquement au foulard: la culture, la religion, la mode et la santé.

Ce blog a pour but de :

  • vous donner la parole,
  • illustrer le savoir-faire des artisans,
  • offrir toute l’actualité du foulard,
  • et bien plus encore !

Bienvenue dans notre voyage; Embarquement immédiat.

contact@myfoulart.com

 

Victime de discrimination ordinaire, qu’auriez-vous fait à ma place ?

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, chaque jour son lot de moments difficiles mais aussi de moments magiques et inoubliables. C’est ce qu’aurait dû être la soirée du mercredi 20 juillet …

Je vous raconte !


21h00 – Je rejoins M. dans un joli petit théâtre parisien pour assister à la représentation d’une célèbre humoriste. La soirée s’annonce sous ses meilleurs auspices : un cadre idéal, la salle est comble, nous sommes au premier rang, aux pieds de la scène. Durant le spectacle, l’humoriste nous prend à parti à plusieurs reprises, je rigole, c’est un très bon moment, parfois gênant, piquant ou vexant, mais c’est monnaie courante dans les stands up, alors je joue le jeu et je fige mon plus beau sourire ! Dommage, je n’ai pas mes lunettes de star.

Tou-jours êt-re prê-te en tou-tes cir-cons-tan-ces!

Source Motin et Bagieux

Fin du spectacle – Standing ovation ! Quand soudain, l’humoriste se lance dans un discours à connotation politique. Le spectacle se termine donc sur des notes légèrement amères. Optimiste, mon côté enthousiaste prend très rapidement le dessus. À la sortie du show, comme tout le monde, M. et moi, nous débriefons : on s’est bien marré quand même hein !? Mais je peux lire la déception sur son visage. Il a l’air mi-agacé mi-triste.  Je lui demande ce qui ne va pas, bien entendu, il me dit que tout va bien… OK… je le connais et son attitude n’est pas habituelle. Je renouvelle ma question et là, j’étais loin d’imaginer ce qui allait suivre…

Pour tout vous avouer, je pressentais depuis le début de la journée qu’il se tramait quelque chose ! Au fond de moi, j’avais l’intuition qu’il préparait la demande en mariage. Et j’avais vu juste !

Il m’explique qu’il prépare ce grand jour depuis plus de deux mois mais que tout est tombé à l’eau ce soir. Il me donne tous les détails, les accords nécessaires qu’il a eus pour monter sur scène à la fin du spectacle, les préparatifs méticuleux, le discours, la bague glissée dans sa poche et enfin la complicité de l’humoriste. Tout était in ze pocket.

-Attendez, attendez, attendez !

PAUSE ! Je vous laisse imaginer mon ascenseur émotionnel ! Tout défile dans ma tête, les films romantiques ingurgités depuis l’âge de 13 ans, les scénarios rocambolesques qui m’ont – je confesse quelque fois, un peu, beaucoup – traversés l’esprit, mes rêves d’avenir avec M., et là le 20 juillet, j’accède presque du bout des doigts à l’improbable scénario insolite, l’aboutissement de ma vie de princesse imaginaire… Aaaaah si nous étions dans un manga,  j’aurais été trahie par les petits cœurs tout autour de moi….

fille amoureuse
Source : Sakura

Fin de la pause, retour aux choses sérieuses ! Mais pourquoi n’ai-je pas eu droit à ce moment de bonheur ?

Suite à cette première révélation, j’essaie de contenir mon tourbillon d’émotions. Je redescends vite sur Terre.

Il s’avère que cinq minutes avant le début du spectacle, mon futur époux, confortablement assis et plutôt excité par la surprise qu’il a concocté, est appelé par un homme et conduit auprès de l’humoriste en question. Alors que tout était ok, validé, prêt à l’action, cette dernière a déclaré à mon conjoint qu’elle ne savait pas que sa femme était xxxxBIPxxxx (il faudra attendre la fin de l’article pour comprendre). Elle a donc refusé que M. monte sur scène pour faire sa demande en mariage.

Une souffrance trop récurrente

Lorsqu’il m’a expliqué tout cela j’ai eu mal au fond de moi.

Mal pour mon futur conjoint qui s’était donné tant de mal pour organiser une demande inoubliable, une surprise comme on en voit au cinéma, dans le simple but de me rendre heureuse et épanouie.

Mal pour moi, parce que je suis une femme, une sœur, une fille, une amie, une citoyenne française qui vote, qui travaille, qui paie des impôts, qui a un diplôme, un emploi. Je suis bénévole dans une association, je participe à la vie collective, je fais du sport, je sors, je ris, je pleure, enfin bref, je vis comme n’importe quelle femme.

Une nouvelle fois de plus dans ma vie, je suis rejetée car je ne rentre pas dans « leur case ». Ce n’est pas la première fois que je subis un rejet mais là cet événement m’a profondément blessé. Je ne comprends pas qu’on puisse refuser un si beau moment à un couple.

Ma plume : outil de lutte anti-discrimination

Aujourd’hui, avec le recul suffisant, après avoir digéré l’incident et ravalé ma souffrance intérieure, j’ai choisit de vous faire part de ce difficile moment que j’ai vécu, qu’on a vécu avec mon futur mari. J’ai aussi fait le choix de ne pas citer l’humoriste car je ne souhaite pas m’abaisser à son niveau. Finalement, en protégeant son anonymat et son image, je souhaite lui apporter une leçon sur ce qu’est la tolérance, le respect et la bienveillance. Ce serait facile de ternir son image car elle est très célèbre. Cependant, l’arme de la sagesse et bien plus efficace que celle de la vengeance. Et j’espère qu’elle me lira.

Alors, vous me demanderez, dans ce cas, pourquoi vous raconter ma vie inintéressante ?! Non ce n’est pas pour frimer, non la demande en mariage n’est pas le centre du sujet ici. Je souhaite dénoncer ce genre de comportement, ce manque de connaissance de l’autre qui pousse à ce genre de situation.

ena-le-racisme-ordinaire-a-l-ecole-des-elites_1889188_528x397
Source : Nono / Le télégramme

La cause de nombreuses tensions

Les victimes de discriminations ont inlassablement finit par s’accoutumer de ces incidents du quotidien, on s’en contente, sans dénoncer, car on se dit qu’il faut bien avancer et que ça ne changera rien donc finalement c’est épuisant et inutile. Parfois frustrant et pénible. Une grande erreur, je pense.

Si on ne dénonce pas publiquement, par écrit, alors à quoi bon s’en offusquer dans l’intimité ? L’inaction nous rend complice, il est temps d’être en accord avec ses principes, alors aujourd’hui je partage ma déception, dans l’espoir de changer les mentalités et d’éveiller quelques consciences.

J’ai été déçue de la réaction de cette humoriste, bien évidemment je ne retournerai pas la voir, et j’espère que si elle lit mon article elle se rendra compte du mal qui a été causé. Et j’espère aussi qu’elle aura l’intelligence de réaliser des recherches sur ce qu’est « le mieux vivre ensemble » et la diversité culturelle.

Au fait, je suis une femme qui porte le hijab.

J’ai délibérément évité de vous indiquer ce détail pour vous entrainer avec moi dans cette narration, pour que tout le monde puisse s’approprier cette discrimination. Est-ce que cela change le contenu de cet article ? Est-ce que cela a soudain moins d’impact dans vos esprits ? Est-ce que tout à coup j’exagère, j’extrapole, je mérite cette « simple mise à l’écart » ? Oui; j’ai un foulard sur la tête. Il pose problème dans toutes les sphères de ma vie, lorsque je cherche un emploi, un logement, une formation, fais les courses, jette les poubelles, prend l’ascenseur ou le métro. Je dérange.

Le hijab c’est quoi ? C’est un foulard qui couvre mes cheveux. Au même titre que vous avez des habits qui cachent vos parties intimes dans la rue, et bien moi j’ai décidé de m’habiller  en concordance avec notre très célèbre dicton : de la tête aux pieds!

L’uniformité imposée

Ce constat n’est pas isolé. La  discrimination concerne toutes les « minorités visibles », parce qu’on est trop musulman ou alors trop noir, trop gros, trop femme, trop handicapé, trop crépu, trop folklorique, trop pauvre, trop étranger,… trop différent ? Chaque jour, injustices et discriminations sont le lot de nombreux citoyens qui n’entrent pas dans la case de l’uniformité imposée. Le paradoxe pour les femmes qui portent le hijab, c’est qu’elles sont de plus en plus visibles, propulsées dans les débats publiques, dans les médias et dans les discours politiques. On bouffe du « voile islamique » à chaque sauce. Pourtant, on souhaite justement le contraire ! Mon souhait à moi ? Avoir une vie tranquille, discrète, heureuse et épanouie, comme beaucoup de femmes de tous horizons. C’est tout. Le hic c’est que croire en Dieu en 2016 c’est démodé, ringard, absurde. J’ai entendu quoi déjà, ah oui …stupide ! Au final, qui est intolérant ?

12717401_990797164325019_6244009804795032559_n
Respect the queens – Feminism, Equality and Patriarchy / Pinterest

« Je ne savais pas que votre femme était voilée »

En réalité, lorsque mon futur mari a été interpellé juste avant le début du spectacle, vous vous souvenez ? Et bien, l’humoriste lui a dit : « je ne savais pas que votre femme était voilée, c’est contraire à mes principes, je ne peux pas vous faire monter sur scène », je ne cite pas ses mots à la virgule près (c’est un condensé) mais c’était du même acabit.

Mon futur mari déconcerté lui a expliqué que le voile était mon choix, que j’étais française convertie, … mais rien à faire, elle a refusé. Expliquant qu’elle se battait contre ça, qu’elle espérait qu’une loi soit un jour voté afin d’interdire le port du voile. Rajoutant même qu’il aurait pu avoir n’importe quelle femme, pourquoi avoir choisit une femme voilée comme moi. Après cet échange, M. est revenu s’assoir près de moi, en souriant, ne voulant pas gâcher mon plaisir.

La peur alimente la peur

Alors oui dans le contexte actuel, les musulmans n’ont pas bonne presse car certains fous prononcent le nom de Dieu, en arabe, avant de commettre des actes barbares, alors la peur alimente la peur… Mais réfléchissons aux conséquences d’un tel discours ? N’est-ce pas la responsabilité des personnes influentes à fort audimat de veiller à la cohésion sociale ? Naïve que je suis (oui, j’oublie trop souvent que je porte un foulard sur la tête) je n’avais même pas saisi que son discours de clôture m’était plus ou moins adressé.

Il s’agissait d’un monologue à propos des attentats, de l’Islam, et de la liberté pour les femmes de se balader je cite « en montrant leurs jambes »… je ne comprenais pas la place d’un tel discours en fin de spectacle,  je le trouvais un peu limite, un brin provocateur, teinté d’ignorance.  Quel rapport entre l’Islam et les accusations portées ? Ce genre de raccourci facile me semble toutefois incompréhensible et digne de personne. Il suffit simplement d’échanger pour découvrir ce qu’est l’Islam, ce qu’est le hijab. C’est en effet une prescription religieuse, et dans notre religion il n’y a nul contrainte, ce sont les cœurs qui agissent. Oui, il existe des hommes qui ont des mauvais comportements envers leurs épouses, pourtant on ne peut pas accuser toute une religion pour les actes d’un poignée d’êtres humains stupides. Demain si un homme se comporte mal, et qu’il s’avère qu’il est de confession X, l’opinion publique n’accusera pas toute la communauté X pour le comportement d’un seul individu. Non ?!

Le danger de la liberté à sens unique

Enfin bref, je ne vais pas m’étaler sur divers argumentaires pour égayer mon propos, je veux juste souligner là ma stupeur face à cet amalgame, provenant d’une personne influente et hautement diplômée. Comme quoi, cultivé ne signifie pas forcément  intelligent. Porter le voile ou ne pas porter le voile sont deux composantes du principe fondamental de liberté.

Vous focalisez sur un bout de tissu, et au nom de quel principe ? Pourquoi vos principes seraient plus dignes que ceux de 1.6 milliards de musulmans dans le monde ? Imposer sa vision  c’est un phénomène très dangereux, vous savez ! Aussi, je trouve cela dommage de véhiculer ce type de discours compte tenu du contexte actuel où nous avons plus que jamais besoin de nous souder et de nous unir pour construire un monde où chacun peut s’épanouir, peu importe son individualité, sa croyance, sa richesse, son physique… C’est ça la tolérance.

Bon et je trouve encore plus dommage que nous ayons assisté au spectacle d’une personne qui a tant de clichés et préjugés, et qui finalement ne correspond pas du tout à nos valeurs citoyennes. Alors lui confier l’hospitalité d’une demande en mariage, quelle utopie !

12961533_994522940624590_4657423902410483298_n
Source : Muslim Show

Qu’est ce qu’une femme ?

En conclusion, dans une société multiculturelle et cosmopolite, où nous devrions tous pouvoir vivre et exister en harmonie, Madame X préfère imposer sa vision de ce que doit être une femme. Il existe tant de femmes différentes sur cette Terre que je me demande bien quelles sont les caractéristiques que doit posséder la femme pour être considérée comme légitime, libre, vraie ? A force, on a l’impression qu’il y a des critères culturels qui doivent primer sur d’autres !

Madame X, sachez que je suis une femme épanouie, douée de raison, intégrée dans la société française, de famille française athée. Je suis heureuse chaque jour, je suis libre de mes choix, et j’ai choisi de porter le voile en mon âme et conscience. Française convertie à l’Islam depuis près de 10 ans, j’ai choisi cette religion après un long cheminement personnel. Personne ne m’a forcé à embrasser cette religion et encore moins à porter le voile depuis maintenant 6 ans.

Je vous souhaite de regarder avec plus de tolérance les femmes musulmanes.

Que l’envie de vivre tous ensembles, unis et en paix soient notre moteur.

Avec amour, Sarah


 

 

My Foul’art – Voyage autour du foulard !

01.02.2016

Le compte à rebours a commencé… Nous sommes très heureux de vous présenter notre concept. Mais qu’est ce que « My Foul’Art » ?

On vous en « dévoile » une petite partie aujourd’hui … n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour découvrir l’art du foulard à travers les époques et les continents. Embarquez dans ce voyage autour du foulard, pour célébrer la diversité et l’interaction culturelle. Acceptez-vous l’invitation ?

4 thèmes seront abordés : la mode, la culture, la santé, la religion.

My Foul’Art ne se résume pas à cela! Restez connectés car on ne vous a pas tout dit !

Facebook

Instagram 

Twitter

My Foulart Smile