Les dandys parisiens soutiennent My Foul’Art !

Et voici nos ambassadeurs masculins! Leur page instagram est à découvrir d’urgence, vous ne serez pas déçus !
Un vrai régal pour les yeux et le style ! Et en prime, les plus beaux endroits de Paris ❤️

 

Lucian & Vaspa & Maxime

Retrouvez cette équipe choc de dandyafrochic, lors de notre défilé de mode Jeudi 10 novembre ! En effet, Lucian, Vaspa & Maxime nous ont fait l’honneur de participer au défilé, vous aurez donc l’occasion de les rencontrer et pouvoir échanger avec eux!

My Foul’Art les remercie infiniment pour leur soutien sans failles en faveur de la diversité culturelle….et du style!

#FASHIONINSPIRATION #AFRODANDY #PARIS #MYFOULART

14963116_627375184108477_4351751583250090085_n14938307_627375104108485_578838196550214021_n14908418_627375054108490_8420276104309168152_n10629828_627375130775149_7235078131659516998_n

Publicités

Par une femme, pour les femmes…

Prénom : Sassi
Pseudo : Sassifd14

Date de création : 16 juillet 2015

Par une femme pour les femmes…

Tout a débuté avec un compte personnel que j’avais sur Instagram. J’autorisais les personnes que je ne connaissais pas à s’abonner à moi. Au fur et à mesure que les gens et mes proches venaient vers moi pour me poser des questions sur le make-up, le port du foulard… ou pour me pousser à faire des vidéos, j’ai décidé de me lancer. J’ai créé un compte Instagram spécifique et publique sur lequel je ne m’adresse qu’aux femmes.

Ce compte me permet de partager quelques aspects de ma vie privée et familiale, de partager des tutos turbans et make-up sous forme de vidéo (compte Youtube). De plus, étant très attirée par la mode je partage également mes tenues. J’ai pu constaté une forte évolution depuis mes débuts. En effet, grâce à ce compte j’ai pu me découvrir une nouvelle passion : celle du port du turban. Au fur et à mesure du temps, j’invente différentes manières de le porter.

Au finale, ce compte est devenu une partie de moi.

sasi-2

-INTERVIEW-

My Foul’Art : De quelle manière portez-vous votre foulard ou écharpe ?

Je porte le foulard sous forme de turban. J’ai en quelque sorte inventé mon propre style : un turban différent, « stylé ». Comme dit plus haut, j’aime beaucoup la mode et donc j’aime concevoir de nouvelles choses et ne pas mettre mon turban toujours de la même manière.

My Foul’Art : Portez-vous le foulard dans toutes les sphères de votre vie quotidienne (familiale, amicale, professionnelle…..)

Oui! Je porte le foulard quotidiennement. Je ne m’en sépare que rarement.

My Foul’Art : Mot de la fin en tant qu’ambassadrice de l’événement « My Foul’Art »

Je suis ravie d’avoir été sollicitée en tant qu’ambassadrice de l’évènement. C’est un honneur et une fierté pour moi de pouvoir porter les valeurs de cet évènement. Je suis très enthousiaste à l’idée de partager mon parcours aux personnes qui s’intéressent à cette mode du foulard. J’espère que ma participation à cet évènement aidera certaines personnes sur la perception de cet accessoire.  Je souhaite vraiment pouvoir échanger avec l’ensemble des participants.

Pour faire court, j’espère être pour tous une ambassadrice à la hauteur de My Foul’art!

 

CONTACT

Page Instagram 

Chaine Youtube 

Retrouvez la pétillante Sassi lors de notre soirée de lancement Jeudi 10 Novembre 2016. Inscription par mail (noms, prénoms, nombre de places) à contact@myfoulart.com

Presse  & Vips : contact@myfoulart.com 

Qui se cache derrière le webzine « Soyons élégantes »?

Loren Fascianel du webzine www.soyonselegantes.com nous dévoile son parcours et ses ambitions. Son message nous motive à faire la paix avec nous-mêmes.

Un article qui réunit sincérité, élégance et délicatesse. Séquence émotions à suivre…

Qui suis je ?

Je suis consultante en image et personal shopper via mon agence de services stylistiques haut de gamme : http://www.pepitedestyle.com. Je coach les femmes à distance ou en face à face et j’interviens aussi dans l’évènementiel, avec des ateliers de style collectifs. Je collabore avec un réseau de partenaires dans le secteur du luxe, notamment des jeunes créateurs et des showrooms. Passionnée par l’élégance et la French touch, j’ai créé le Webzine féminin http://www.soyonselegantes.com/ et l’Ecole du Style en ligne. Dans tout ce que je fais, je suis guidée par mon envie d’aider les femmes à révéler leur magie personnelle et de les voir renaître avec envergure. Je me suis donnée pour mission d’être « accoucheuse » de femmes fabuleuses.

 

Pourquoi j’ai créé ce webzine il y a 2 ans…

Pendant de longues années j’ai été complexée, j’avais du mal à m’aimer et à me voir sous un angle positif. Je pensais que mes imperfections physiques faisaient obstacle à ce que je puisse rayonner de beauté. J’avais compensé ce rejet de mon image en m’investissant dans une réussite professionnelle valorisante (Responsable juridique). Par ce biais là, j’ai cherché inconsciemment à retrouver de l’estime personnelle. Mais en réalité je n’étais pas vraiment moi même et je jouais un rôle pour m’assurer une sécurité et un statut qui me rassure à tous les niveaux. Un événement difficile m’a fait réaliser que je n’étais pas à ma bonne place dans ce travail et que c’est cela qui, sans le savoir, me grignotait de l’intérieur jusqu’à la mauvaise perception de mon image extérieure. A partir de ce moment là, j’ai vécu une renaissance : je me suis redécouverte, j’ai décidé de changer de métier pour réaliser mes rêves et mon image s’est transformée. Les gens m’ont dit que je n’étais plus la même, que j’étais devenue rayonnante, épanouie et que je m’étais embellit. Depuis, j’accepte mon image et je me sens mieux dans ma peau. Mon enveloppe corporelle est la même en soi, c’est juste le fait d’avoir changé de vie et d’assumer enfin mon « vrai moi » qui a rejaillit positivement sur elle…

Cette métamorphose est à la portée de toutes. J’ai donc créé le blog pour aider les femmes à sortir de leurs complexes et à révéler leur vraie beauté. J’entends cette beauté comme un rayonnement qui repose sur 2 volets complémentaires : savoir se mettre en valeur et « savoir être soi ». L’un ne va pas sans l’autre.

J’en avais aussi un peu marre de voir toujours le même genre de blogs mode avec des looks pour être avant tout « cool, sexy, fashion, branchée ». J’avais envie de voir les femmes (re)devenir classes et fabuleuses (et moi avec ahahah). L’élégance est plus puissante que toutes les tendances.

 

14716249_1077231132398150_7578940557369467229_n

-INTERVIEW-

My Foul’Art : De quelle manière portez-vous votre foulard ou écharpe ?

Loren : J’adore les foulards  et je les porte de toutes les manières possibles, des plus classiques au plus originales. Bien sûr autour du cou mais aussi dans les cheveux en turban, en top d’été, en bracelet, en fantaisie sur une anse de sac etc…

My Foul’Art : Portez-vous le foulard dans toutes sphères de votre vie quotidienne (familiale, amicale, professionnelle…..)

Loren : Dans toutes les sphères sauf quand j’interviens professionnellement dans le secteur du luxe où il y a un certain dress code et une sobriété à respecter.

My Foul’Art : Quelles sont vos motivations lorsque vous portez un foulard ?

Loren : Pour moi c’est uniquement dans un but d’accessoirisation. C’est une touche de fantaisie ou une façon personnelle de finaliser mon look.

My Foul’Art : Mot de la fin en tant qu’ambassadrice de l’événement « My Foul’Art »

Loren : Le foulard est un accessoire qui rassemble les femmes de toutes les cultures, quelle que soit la motivation et la façon dont il est porté. Les femmes du monde entier l’utilisent. En cela, il nous rassemble et je trouve que c’est une merveilleuse idée d’aborder la diversité culturelle à travers ce symbole féminin universel.

Aussi je voudrais ajouter que la plupart du temps, il se porte près du visage et donc à mes yeux il est une pièce qui doit se choisir encore plus judicieusement que le reste, c’est à dire en fonction de sa colorimétrie pour mettre en lumière le visage. En tant que coach en image, j’amène les femmes à découvrir leur palette idéale de couleurs. Avec ce diagnostic, un foulard coloré près du visage devient plus puissant que du maquillage !

Merci pour ces confidences Loren! On vous retrouve Jeudi lors de notre cocktail de lancement, pour faire le plein de conseils… Inscription via Mail (prénom, nom, nombre de places souhaités) à contact@myfoulart.com

CONTACT

www.pepitedestyle.com/

https://www.instagram.com/soyonselegantes/

 

 

Fringadine : l’élégance parisienne au cœur de notre défilé

Chez My Foul’Art, on est fans des cols lavallière, alors vous pensez bien qu’on a complètement craqué devant les créations de la maison de prêt-à-porter Fringadine ! La marque nous fait l’honneur d’habiller nos mannequins lors du défilé de ce Jeudi 10 Novembre 2016 à la mairie du 4ème arrondissement de Paris.

C’ est entre Londres et Paris que la maison de prêt-à-porter Fringadine prend son envol.

Derrière Fringadine, il y a deux amies : Hélène la parisienne et Malika la Londonienne.  Elles réinventent le traditionnel avec une touche de poésie tout en alliant le beau et la sobriété. Elles proposent des vêtements aux tendances rétro-chic empreintes de douce nostalgie. Fringadine  est  à l’image de la femme moderne, simple et authentique.

La  philosophie de la maison est de vous offrir l’ exclusivité et la rareté pour une production en petite série.

Chaque pièce est née d’un prototype pensé, essayé et ajusté pour vous assurer une confection optimale en atelier. Fringadine a fait le choix d’une production artisanale pour veiller au meilleur suivi de la confection de sa collection. Le vestiaire Fringadine a été réalisé dans de beaux tissus au tombé impeccable pour être des plus agréables à porter. Consciente que la qualité et les conditions de travail ont un prix, la maison est soucieuse des choix de ses matières premières, très attentive au grammage de ses tissus et exigente quant aux savoir-faire et à l’ éthique de l’ atelier avec qui elle entreprend. Entre le façonnier  et Fringadine, il n’y a pas d’intermédiaire.  Elle travaille en étroite collaboration avec le fabricant  et peut ainsi  intervenir à chaque étape de la production. Nos pièces sont fabriquées à échelle humaine, en éditions limitées et ce en France.

Porter une pièce Fringadine c’est porter une pièce chérie qui respecte les codes de la simplicité et  résiste aux caprices du temps.

Les modèles Fringadine se révèlent comme des basiques indispensables à la garde-robes de la Femme de par l’élégance de leurs coupes, leur qualité et leur gamme de couleurs intemporelles. Des pièces qu’ on n’ aimerait pas oublier au fond d’une armoire. Parce que la femme n’aime pas porter des vêtements que l’on croise à tous les coins de rue, toutes nos collections sont éditées en série limitée.

RDV Jeudi 10 novembre !

Plus d’infos :

http://fringadine.com/

https://www.instagram.com/fringadine/?hl=fr

https://www.facebook.com/fringadine/

 

 

 

Maison Udjuwa, le carré de soie aux inspirations Swahili

Hala Halele Gombe
Il était une fois… Maison Udjuwa

Maison Udjuwa, fondée en 2015, est une Maison de mode qui puise son inspiration dans son héritage est-africain et parisien. C’est par amour pour son pays d’origine, les Comores, archipel de 4 îles situé à l’est de l’Afrique, que naît l’envie de créer cette Maison de mode.


Udjuwa signifie « découvrir » en Swahili. Dans cette volonté de faire découvrir sa double culture, Maison Udjuwa a choisi de transposer des motifs d’inspiration est-africaines, sur le carré de soie, symbole du chic à la française.

Leurs créations sont conçues dans des matières d’exception comme la soie de Chine. Les motifs figurants sur les foulards s’inspirent et reprennent ceux du tissu « Khanga » très porté par les femmes en Afrique de l’Est, et du « Chiromani », étoffe qui habille les femmes comoriennes.

img_4283

Par ses valeurs « Authenticité, Tradition et Créativité », Maison Udjuwa prône le métissage de ses deux héritages, des traditions et de la modernité.

RDV le jeudi 10 novembre 2016 pour en découvrir plus lors de notre cocktail de lancement My Foul’art, le premier salon expo dédié au foulard dans toute sa diversité !

Entrée libre sur inscription : http://www.weezevent.com/my-foul-art

Contact : exposants@myfoulart.com // presse@myfoulart.com

 

 

http://www.udjuwa.com

https://www.instagram.com/maison_udjuwa/

https://www.facebook.com/MaisonUdjuwa/

Cocktail de lancement : My Foul’Art vous invite le 10 novembre à célébrer la diversité culturelle à travers le foulard !

myfoulart_cocktail-de-lancement

Coloré, imprimé ou unique ; en wax, en soie, en laine, en fourrure ou en pashmina ; porté en coiffe,  jeté autour du cou, sur le sac ou autour de la taille, ou parce qu’il habille avec fantaisie une simple natte… le foulard  réserve mille et une facettes !

Notre défi : C’est l’occasion d’échanger et de partir à la découverte de l’autre, créer des liens entre les différentes cultures du monde, réunir les différents styles de vie liés au foulard, et enfin, rapprocher les gens grâce à ce petit accessoire universel !

  • 17h : ouverture des portes (ateliers, exposants, débats)
  • 18h30 : présentation du concept
  • 18h45 : défilé
  • 19h : cocktail presse

Un enjeu économique, social et culturel :
• Illustrer le savoir-faire, la créativité et l’artisanat
• Donner une visibilité internationale aux acteurs de l’industrie du foulard
• Renforcer le pouvoir économique de l’accessoire
• Favoriser l’intégration des populations migrantes
• Participer à la création d’une société pluriculturelle et au dialogue des cultures
• Rassembler et créer des liens pour lutter contre les clichés
• Permettre la diversité des pratiques culturelles

Contact : presse@myfoulart.com // http://www.myfoulart.com

Ouverture au public dans la limite des places disponibles 

INSCRIPTION VIVEMENT CONSEILLÉE : https://www.weezevent.com/my-foul-art

 

 

 

 

 

Le foulard fait sa rentrée !

Vous ressentez l’envie de vous démarquer ?

Vous êtes à la recherche d’un nouveau look ?

Vous avez un foulard qui traine dans votre placard ?

Bonne nouvelle! Le foulard reste une valeur sûre en termes d’élégance. Plus qu’un simple accessoire, il s’enveloppe à votre guise, il orne l’ensemble de votre tenue. My Foul’Art vous propose un florilège de tendances pour vous aider à faire revivre ce bout de tissu, qui a su traverser les continents et les époques !

Dans le contexte polémique que nous connaissons, il est amusant de noter que le must-have de cette rentrée 2016,  est le foulard ! Nous vivons une époque bien paradoxale :-)!

  • Le grand retour des bijoux de tête, notamment la voilette, vous donnera un côté mystérieux…

 

  • L’élégante cape ou le foulard surdimensionné pour vous chouchouter cet hiver.

 

  • On ose l’imprimé léopard, allez, on ose !

 

  • Façon lavallière ou « ascot », cet énorme nœud papillon retro est idéal pour les tenues de bureau…

 

  • Les années 80-90 ne sont jamais très loin et ravira les pinup et autres nostalgiques.

 

  • Le hijab, le partenaire d’une féminité sans frontières.

     

  • Le foulard en headband, c’est aussi le cache misère des mauvais jours capillaires !

 

  • L’esprit Dandy, une valeur sûre intemporelle pour vous les hommes…

 

  • Chic c’est fichu! Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil éclatant, une vraie parisienne a toujours un chapeau-foulard à portée de main !

 

  • Le turban, une inspiration africaine qui redonne un peu de couleur à votre tenue… Il est également un précieux allié pour traverser la perte de cheveux liée à la chimiothérapie.

 

 

  • Il existe de nombreuses autres variantes, en bracelet, en ceinture, ou encore noué autour du sac …amusez-vous !

My Foul’Art  vous souhaite une agréable rentrée!

 


Ces photos ne sont pas la propriété de My Foul'Art, il s'agit d'une compilation non exhaustive. Au vu du nombre conséquent d'images utilisées, nous avons préféré ne pas alourdir le texte en mentionnant chaque source, néanmoins, par respect pour le travail intellectuel et artistique n'hésitez pas à nous laisser un petit mot si vous souhaiter figurer dans les crédits !

Victime de discrimination ordinaire, qu’auriez-vous fait à ma place ?

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, chaque jour son lot de moments difficiles mais aussi de moments magiques et inoubliables. C’est ce qu’aurait dû être la soirée du mercredi 20 juillet …

Je vous raconte !


21h00 – Je rejoins M. dans un joli petit théâtre parisien pour assister à la représentation d’une célèbre humoriste. La soirée s’annonce sous ses meilleurs auspices : un cadre idéal, la salle est comble, nous sommes au premier rang, aux pieds de la scène. Durant le spectacle, l’humoriste nous prend à parti à plusieurs reprises, je rigole, c’est un très bon moment, parfois gênant, piquant ou vexant, mais c’est monnaie courante dans les stands up, alors je joue le jeu et je fige mon plus beau sourire ! Dommage, je n’ai pas mes lunettes de star.

Tou-jours êt-re prê-te en tou-tes cir-cons-tan-ces!

Source Motin et Bagieux

Fin du spectacle – Standing ovation ! Quand soudain, l’humoriste se lance dans un discours à connotation politique. Le spectacle se termine donc sur des notes légèrement amères. Optimiste, mon côté enthousiaste prend très rapidement le dessus. À la sortie du show, comme tout le monde, M. et moi, nous débriefons : on s’est bien marré quand même hein !? Mais je peux lire la déception sur son visage. Il a l’air mi-agacé mi-triste.  Je lui demande ce qui ne va pas, bien entendu, il me dit que tout va bien… OK… je le connais et son attitude n’est pas habituelle. Je renouvelle ma question et là, j’étais loin d’imaginer ce qui allait suivre…

Pour tout vous avouer, je pressentais depuis le début de la journée qu’il se tramait quelque chose ! Au fond de moi, j’avais l’intuition qu’il préparait la demande en mariage. Et j’avais vu juste !

Il m’explique qu’il prépare ce grand jour depuis plus de deux mois mais que tout est tombé à l’eau ce soir. Il me donne tous les détails, les accords nécessaires qu’il a eus pour monter sur scène à la fin du spectacle, les préparatifs méticuleux, le discours, la bague glissée dans sa poche et enfin la complicité de l’humoriste. Tout était in ze pocket.

-Attendez, attendez, attendez !

PAUSE ! Je vous laisse imaginer mon ascenseur émotionnel ! Tout défile dans ma tête, les films romantiques ingurgités depuis l’âge de 13 ans, les scénarios rocambolesques qui m’ont – je confesse quelque fois, un peu, beaucoup – traversés l’esprit, mes rêves d’avenir avec M., et là le 20 juillet, j’accède presque du bout des doigts à l’improbable scénario insolite, l’aboutissement de ma vie de princesse imaginaire… Aaaaah si nous étions dans un manga,  j’aurais été trahie par les petits cœurs tout autour de moi….

fille amoureuse
Source : Sakura

Fin de la pause, retour aux choses sérieuses ! Mais pourquoi n’ai-je pas eu droit à ce moment de bonheur ?

Suite à cette première révélation, j’essaie de contenir mon tourbillon d’émotions. Je redescends vite sur Terre.

Il s’avère que cinq minutes avant le début du spectacle, mon futur époux, confortablement assis et plutôt excité par la surprise qu’il a concocté, est appelé par un homme et conduit auprès de l’humoriste en question. Alors que tout était ok, validé, prêt à l’action, cette dernière a déclaré à mon conjoint qu’elle ne savait pas que sa femme était xxxxBIPxxxx (il faudra attendre la fin de l’article pour comprendre). Elle a donc refusé que M. monte sur scène pour faire sa demande en mariage.

Une souffrance trop récurrente

Lorsqu’il m’a expliqué tout cela j’ai eu mal au fond de moi.

Mal pour mon futur conjoint qui s’était donné tant de mal pour organiser une demande inoubliable, une surprise comme on en voit au cinéma, dans le simple but de me rendre heureuse et épanouie.

Mal pour moi, parce que je suis une femme, une sœur, une fille, une amie, une citoyenne française qui vote, qui travaille, qui paie des impôts, qui a un diplôme, un emploi. Je suis bénévole dans une association, je participe à la vie collective, je fais du sport, je sors, je ris, je pleure, enfin bref, je vis comme n’importe quelle femme.

Une nouvelle fois de plus dans ma vie, je suis rejetée car je ne rentre pas dans « leur case ». Ce n’est pas la première fois que je subis un rejet mais là cet événement m’a profondément blessé. Je ne comprends pas qu’on puisse refuser un si beau moment à un couple.

Ma plume : outil de lutte anti-discrimination

Aujourd’hui, avec le recul suffisant, après avoir digéré l’incident et ravalé ma souffrance intérieure, j’ai choisit de vous faire part de ce difficile moment que j’ai vécu, qu’on a vécu avec mon futur mari. J’ai aussi fait le choix de ne pas citer l’humoriste car je ne souhaite pas m’abaisser à son niveau. Finalement, en protégeant son anonymat et son image, je souhaite lui apporter une leçon sur ce qu’est la tolérance, le respect et la bienveillance. Ce serait facile de ternir son image car elle est très célèbre. Cependant, l’arme de la sagesse et bien plus efficace que celle de la vengeance. Et j’espère qu’elle me lira.

Alors, vous me demanderez, dans ce cas, pourquoi vous raconter ma vie inintéressante ?! Non ce n’est pas pour frimer, non la demande en mariage n’est pas le centre du sujet ici. Je souhaite dénoncer ce genre de comportement, ce manque de connaissance de l’autre qui pousse à ce genre de situation.

ena-le-racisme-ordinaire-a-l-ecole-des-elites_1889188_528x397
Source : Nono / Le télégramme

La cause de nombreuses tensions

Les victimes de discriminations ont inlassablement finit par s’accoutumer de ces incidents du quotidien, on s’en contente, sans dénoncer, car on se dit qu’il faut bien avancer et que ça ne changera rien donc finalement c’est épuisant et inutile. Parfois frustrant et pénible. Une grande erreur, je pense.

Si on ne dénonce pas publiquement, par écrit, alors à quoi bon s’en offusquer dans l’intimité ? L’inaction nous rend complice, il est temps d’être en accord avec ses principes, alors aujourd’hui je partage ma déception, dans l’espoir de changer les mentalités et d’éveiller quelques consciences.

J’ai été déçue de la réaction de cette humoriste, bien évidemment je ne retournerai pas la voir, et j’espère que si elle lit mon article elle se rendra compte du mal qui a été causé. Et j’espère aussi qu’elle aura l’intelligence de réaliser des recherches sur ce qu’est « le mieux vivre ensemble » et la diversité culturelle.

Au fait, je suis une femme qui porte le hijab.

J’ai délibérément évité de vous indiquer ce détail pour vous entrainer avec moi dans cette narration, pour que tout le monde puisse s’approprier cette discrimination. Est-ce que cela change le contenu de cet article ? Est-ce que cela a soudain moins d’impact dans vos esprits ? Est-ce que tout à coup j’exagère, j’extrapole, je mérite cette « simple mise à l’écart » ? Oui; j’ai un foulard sur la tête. Il pose problème dans toutes les sphères de ma vie, lorsque je cherche un emploi, un logement, une formation, fais les courses, jette les poubelles, prend l’ascenseur ou le métro. Je dérange.

Le hijab c’est quoi ? C’est un foulard qui couvre mes cheveux. Au même titre que vous avez des habits qui cachent vos parties intimes dans la rue, et bien moi j’ai décidé de m’habiller  en concordance avec notre très célèbre dicton : de la tête aux pieds!

L’uniformité imposée

Ce constat n’est pas isolé. La  discrimination concerne toutes les « minorités visibles », parce qu’on est trop musulman ou alors trop noir, trop gros, trop femme, trop handicapé, trop crépu, trop folklorique, trop pauvre, trop étranger,… trop différent ? Chaque jour, injustices et discriminations sont le lot de nombreux citoyens qui n’entrent pas dans la case de l’uniformité imposée. Le paradoxe pour les femmes qui portent le hijab, c’est qu’elles sont de plus en plus visibles, propulsées dans les débats publiques, dans les médias et dans les discours politiques. On bouffe du « voile islamique » à chaque sauce. Pourtant, on souhaite justement le contraire ! Mon souhait à moi ? Avoir une vie tranquille, discrète, heureuse et épanouie, comme beaucoup de femmes de tous horizons. C’est tout. Le hic c’est que croire en Dieu en 2016 c’est démodé, ringard, absurde. J’ai entendu quoi déjà, ah oui …stupide ! Au final, qui est intolérant ?

12717401_990797164325019_6244009804795032559_n
Respect the queens – Feminism, Equality and Patriarchy / Pinterest

« Je ne savais pas que votre femme était voilée »

En réalité, lorsque mon futur mari a été interpellé juste avant le début du spectacle, vous vous souvenez ? Et bien, l’humoriste lui a dit : « je ne savais pas que votre femme était voilée, c’est contraire à mes principes, je ne peux pas vous faire monter sur scène », je ne cite pas ses mots à la virgule près (c’est un condensé) mais c’était du même acabit.

Mon futur mari déconcerté lui a expliqué que le voile était mon choix, que j’étais française convertie, … mais rien à faire, elle a refusé. Expliquant qu’elle se battait contre ça, qu’elle espérait qu’une loi soit un jour voté afin d’interdire le port du voile. Rajoutant même qu’il aurait pu avoir n’importe quelle femme, pourquoi avoir choisit une femme voilée comme moi. Après cet échange, M. est revenu s’assoir près de moi, en souriant, ne voulant pas gâcher mon plaisir.

La peur alimente la peur

Alors oui dans le contexte actuel, les musulmans n’ont pas bonne presse car certains fous prononcent le nom de Dieu, en arabe, avant de commettre des actes barbares, alors la peur alimente la peur… Mais réfléchissons aux conséquences d’un tel discours ? N’est-ce pas la responsabilité des personnes influentes à fort audimat de veiller à la cohésion sociale ? Naïve que je suis (oui, j’oublie trop souvent que je porte un foulard sur la tête) je n’avais même pas saisi que son discours de clôture m’était plus ou moins adressé.

Il s’agissait d’un monologue à propos des attentats, de l’Islam, et de la liberté pour les femmes de se balader je cite « en montrant leurs jambes »… je ne comprenais pas la place d’un tel discours en fin de spectacle,  je le trouvais un peu limite, un brin provocateur, teinté d’ignorance.  Quel rapport entre l’Islam et les accusations portées ? Ce genre de raccourci facile me semble toutefois incompréhensible et digne de personne. Il suffit simplement d’échanger pour découvrir ce qu’est l’Islam, ce qu’est le hijab. C’est en effet une prescription religieuse, et dans notre religion il n’y a nul contrainte, ce sont les cœurs qui agissent. Oui, il existe des hommes qui ont des mauvais comportements envers leurs épouses, pourtant on ne peut pas accuser toute une religion pour les actes d’un poignée d’êtres humains stupides. Demain si un homme se comporte mal, et qu’il s’avère qu’il est de confession X, l’opinion publique n’accusera pas toute la communauté X pour le comportement d’un seul individu. Non ?!

Le danger de la liberté à sens unique

Enfin bref, je ne vais pas m’étaler sur divers argumentaires pour égayer mon propos, je veux juste souligner là ma stupeur face à cet amalgame, provenant d’une personne influente et hautement diplômée. Comme quoi, cultivé ne signifie pas forcément  intelligent. Porter le voile ou ne pas porter le voile sont deux composantes du principe fondamental de liberté.

Vous focalisez sur un bout de tissu, et au nom de quel principe ? Pourquoi vos principes seraient plus dignes que ceux de 1.6 milliards de musulmans dans le monde ? Imposer sa vision  c’est un phénomène très dangereux, vous savez ! Aussi, je trouve cela dommage de véhiculer ce type de discours compte tenu du contexte actuel où nous avons plus que jamais besoin de nous souder et de nous unir pour construire un monde où chacun peut s’épanouir, peu importe son individualité, sa croyance, sa richesse, son physique… C’est ça la tolérance.

Bon et je trouve encore plus dommage que nous ayons assisté au spectacle d’une personne qui a tant de clichés et préjugés, et qui finalement ne correspond pas du tout à nos valeurs citoyennes. Alors lui confier l’hospitalité d’une demande en mariage, quelle utopie !

12961533_994522940624590_4657423902410483298_n
Source : Muslim Show

Qu’est ce qu’une femme ?

En conclusion, dans une société multiculturelle et cosmopolite, où nous devrions tous pouvoir vivre et exister en harmonie, Madame X préfère imposer sa vision de ce que doit être une femme. Il existe tant de femmes différentes sur cette Terre que je me demande bien quelles sont les caractéristiques que doit posséder la femme pour être considérée comme légitime, libre, vraie ? A force, on a l’impression qu’il y a des critères culturels qui doivent primer sur d’autres !

Madame X, sachez que je suis une femme épanouie, douée de raison, intégrée dans la société française, de famille française athée. Je suis heureuse chaque jour, je suis libre de mes choix, et j’ai choisi de porter le voile en mon âme et conscience. Française convertie à l’Islam depuis près de 10 ans, j’ai choisi cette religion après un long cheminement personnel. Personne ne m’a forcé à embrasser cette religion et encore moins à porter le voile depuis maintenant 6 ans.

Je vous souhaite de regarder avec plus de tolérance les femmes musulmanes.

Que l’envie de vivre tous ensembles, unis et en paix soient notre moteur.

Avec amour, Sarah